L’Europe et la Guerre de la banane 1/2

À l’occasion des élections européennes du 26 mai, partons à la découverte du marché européen de la banane à travers un long conflit commercial  baptisé la « Guerre de la banane ».

drapeau-europeen

Une histoire qui démarre en 1993

Avant 1993, la banane des Antilles s’intéresse peu à l’Europe puisqu’elle trouve tous ses débouchés sur un seul marché, celui de la France. En effet, depuis de nombreuses décennies, la France a sécurisé son approvisionnement en bananes en fermant ses frontières dans une volonté protectionniste affichée. Dès les années 30, l’état français a encouragé la production de bananes dans ses territoires d’outre-mer, anciennes colonies antillaises et africaines, devenues ensuite départements français pour les unes et états indépendants pour les autres. Depuis 1962, c’est le système du 2/3-1/3 instauré par le général de Gaulle qui est en vigueur : les deux tiers du marché national sont réservés à la banane des Antilles et le reste à la banane africaine.

Mais le 1er janvier 1993, cette organisation éclate lorsque la France intègre le grand marché unique européen. Dès lors, plus de frontières pour protéger la banane antillaise de la concurrence de la banane dollar (provenant des pays d’Amérique latine) où les coûts de production sont largement inférieurs à ceux de la Guadeloupe et la Martinique qui appliquent le droit social français.

Le bouleversement du marché unique

En créant le marché unique, l’Union européenne met en place un système dédié au commerce de la banane : l’Organisation Commune des Marchés de la Banane (OCMB). L’OCMB prévoit la libre circulation de la banane au sein de l’Union européenne par la suppression des barrières commerciales internes. Si c’est une véritable opportunité pour la banane dollar qui voit de nouveaux marchés s’ouvrir à elle, c’est au contraire une catastrophe pour la banane des Antilles et ses consœurs européennes (Canaries et Madère). La banane européenne ne peut rivaliser en termes de prix avec la banane dollar en raison de ses coûts de production bien plus élevés. Rappelons que le salaire d’un ouvrier agricole français dans une bananeraie de Martinique ou de Guadeloupe est 100 % plus élevé que celui d’un ouvrier équatorien ou colombien !

chiquita

L’Union européenne tente cependant de protéger la production communautaire dans le cadre de cette ouverture des frontières. Elle met en place un système de contingentement qui limite les volumes de bananes en provenance de la zone dollar. En outre, elle protège les producteurs européens en leur accordant une aide financière pour compenser les écarts de prix avec les bananes des pays tiers.

Le début de la Guerre de la banane (1993-2005)

Dès sa création, l’OCMB est jugé trop protecteur par les états de la zone dollar. Rapidement, les pays d’Amérique latine étroitement associés avec les trois grandes multinationales des États-Unis, Chiquita, Dole, Del Monte, accusent l’Union européenne d’entraver les règles internationales du commerce. L’affaire finit par être portée au niveau de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC). Face aux pressions internationales, l’Union européenne finit par céder et met en place un nouveau régime communautaire d’importation de bananes en 2006.

Rendez-vous la semaine prochaine pour le découvrir !

2 thoughts on “L’Europe et la Guerre de la banane 1/2”

  1. Avant 1993 les ANTILLES Françaises exportent déjà depuis de nombreuses années leurs excédents de quotas sur les autres pays européens,principalement Italie, Angleterre,Allemagne.
    Dans les années 1970 des expéditions ont même été réalisées vers les USA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.