À l’ombre du bananier

Pilier indispensable de l’alimentation dans les régions productrices, le bananier fut aussi utilisé, pendant longtemps, pour protéger les cultures de café et de cacao.

Récolte de café. Les bananiers sont visibles à gauche @Fonds UGPBAN
Récolte de café. Les bananiers sont visibles à gauche @Fonds UGPBAN

Le café et le cacao aux Antilles

Le cacao est l’une des plus anciennes richesses agricoles des deux îles. Au milieu du 18e siècle, les plantations de cacao sont importantes avant de péricliter à la suite de maladies et du tremblement de terre qui touche la Martinique à cette période. La culture du cacao perdure mais dans des conditions plus restreintes. Le café, récemment introduit, commence alors à se développer à travers l’Arabica réputé pour son arôme. Qualifié de café bonifieur, il est souvent mélangé à d’autres cafés aux arômes plus faibles pour les améliorer. Cependant, le début du 20e siècle voit le déclin de ces deux cultures historiques. La concurrence des pays d’Amérique latine, les maladies et le cyclone de 1928 vont causer leur recul. Les chiffres sont éloquents puisque le café guadeloupéen passe de 1900 tonnes en 1920 à 25 tonnes actuellement.

Le bananier, une culture complémentaire

Au début du 20e siècle, les Antilles ne sont pas encore couvertes de bananeraies. Le bananier pousse de façon spontanée dans la luxuriante végétation végétale, est présent dans les jardins créoles, autour des habitations. Sa plantation plus systématique se fait alors dans les cacaoyères et les caféières. En effet, le caféier et le cacaoyer sont des arbustes de deux à cinq mètres de haut qui ont besoin de beaucoup d’humidité et de fraîcheur au début de leur croissance. Plantés dans les champs pour abriter les jeunes pousses, les bananiers leur fournissent ombre et fraîcheur grâce à leurs larges feuilles.

Jeunes bananiers plantés à proximité de pousses de caféiers mises en tuteur @ Archives départementales de la Guadeloupe

Augmenter le rendement

L’autre avantage du bananier pour les planteurs de café et de cacao est de nécessiter peu d’entretien et d’offrir un rendement complémentaire et constant puisque un bananier produit un régime tous les neuf mois.

« Cette culture n’entraînerait que de minimes frais de premier établissement, les bananiers pouvant être utilisés dans les plantations de caféiers et de cacoyers, [ …]pour abriter les jeunes plants. La vente de bananes vient avant celle du café (4 ans) et du cacao (5 ans) et peut procurer à l’exploitant un bénéfice qui amortit en grande partie ses frais généraux ». Charles Roux, Comment rendre nos colonies prospères ? (conférence de l’Union coloniale française, 1896)

Ainsi, les régimes produits dans les caféières et les cacoyères sont vendus sur le marché local comme légume ou fruit de table, selon s’il s’agit de variétés de bananes dessert ou de bananes à cuire.

Cette utilisation du bananier dans les caféières et les cacaoyères n’est pas exclusive aux Antilles. On la retrouve également dans d’autres régions productrices du monde, en Amérique et en Afrique. À Madagascar notamment, les bananiers servent aussi d’ombrage à la vanille.

Il faut attendre les années 20 pour que la culture de la banane se développe pour elle-même. Tandis que le café et le cacao vont rester des productions agricoles modestes, et à l’heure où la monoculture de la canne est de plus en plus contestée, la banane apparaît comme la seule culture capable d’avoir un développement commercial important. Les bananiers vont donc s’étendre au-delà des caféières et devenir des champs à part entière.

Plantation de caféiers avec des bananiers en Afrique @ Cirad, Gallica

1 thought on “À l’ombre du bananier”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.