Les Français friands de banane

Enfants et adultes, on aime tous la banane ! Si bien qu’elle est devenue l’un des fruits préférés des Français. Remontons le temps pour découvrir notre consommation de bananes en chiffres.

Au début du XXe siècle, les bananes étaient vendues sur leur régime. Crédits : Noël Courtaigne
Au début du XXe siècle, les bananes étaient vendues sur leur régime. Crédits : Noël Courtaigne

Les débuts tranquilles du marché français

Avant 1890, il est difficile de trouver de la banane en dehors de quelques épiciers spécialisés dans la vente de fruits tropicaux. Seulement 15 tonnes sont importées à l’époque. Le marché français va se développer grâce au développement technologique de la marine marchande qui peut enfin transporter la banane sur de longues distances. Dès 1907, la consommation s’élève à 1kg par habitant par an ! C’est la banane des Canaries, le plus proche bassin de production, qui est vendue en France. Essentiellement consommé par les citadins, la banane fait figure, à l’époque, de fruit rare et cher, tout comme l’orange.

 La croissance fulgurante des années 20 et 30

L’entre-deux-guerres voit une forte hausse de la consommation de bananes en France. Le marché se multiplie par dix entre 1920 (12 400t) et 1928 (111 200t). C’est aussi l’apparition des premières publicités pour la banane.

La banane des Canaries continue de dominer sur les étals, au détriment de la production des colonies françaises encore balbutiante dont la part de marché est de seulement 7 % en 1928.

Publicité de 1930 de l'importateur irlandais de bananes canariennes, Fyffes. Crédits : The Advertising Archives
Publicité de 1930 de l’importateur irlandais de bananes canariennes, Fyffes. Crédits : The Advertising Archives

Suite à la crise économique de 1930, la consommation est brusquement freinée. La banane est encore un fruit cher à l’époque. Dans ce contexte de crise, le gouvernement décide de soutenir activement la production de bananes de ses colonies. C’est ainsi que la banane de Guinée et des Antilles françaises remplace peu à peu la banane des Canaries.

En 1932, le marché atteint un record avec des importations estimées à 224 580 tonnes et une consommation de 5,4kg/habitant par an. Cette dernière stagnera jusqu’au début de la seconde Guerre Mondiale avant de s’arrêter en 1940, faute de moyens de transports, les bateaux étant réquisitionnés. Les importations françaises ne reprendront qu’en 1946.

L’essor de la banane au cours des 30 Glorieuses

Entre 1946 à 1949, les importations de bananes sur le marché français sont largement relancées et atteignent les 176 900 tonnes de 1937. En 1951, le record de 1932 est même dépassé avec plus de 239 400 tonnes. Avec une production de 200 000 tonnes en 1949, les colonies africaines et les départements antillais font face à une consommation française plus faible : 4,3kg par habitant par an. Il faut attendre la reprise économique des Trente Glorieuses pour stimuler la consommation de bananes. Elle atteint les 8 kg par habitant en 1966. Ce résultat provient des efforts de la publicité et surtout d’un coût d’achat en baisse grâce au circuit de production et de commercialisation très optimisé.

Une consommation inférieure à la moyenne européenne

Dans les années 80, la consommation française par habitant atteint les  8,5 kg/an. En 2017, les Français mangent 9 kg de bananes chaque année. Une consommation qui reste en dessous de la moyenne européenne  de 12,5 kg annuels. Les Français aimeraient-ils moins la banane que leurs concitoyens européens ? Pas du tout. En fait, ils disposent de nombreux autres fruits saisonniers. En effet, contrairement  aux pays d’Europe du Nord ou de l’Est, la France est riche d’un important verger qui lui permet de bénéficier d’une large variété de fruits qui entrent en concurrence avec la banane.

Un consommateur de banane heureux. Crédits Adobe Stock
Un consommateur de banane heureux. Crédits Adobe Stock

 

Et vous combien de kilos de bananes mangez-vous ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *