À la découverte d’une herbe géante

Deuxième fruit préféré des Français, la banane est si courante que nous oublions souvent qu’elle est un fruit exotique. Derrière cette apparente banalité se cache un fruit fragile et mystérieux.

bananier et sa popote - gravure du 19ème siècle
Crédits : Fonds d’archives Banane de Guadeloupe & Martinique

Il existe près de mille variétés de bananiers. On distingue deux groupes : les bananes douces ou bananes dessert et les bananes à cuire (comme les plantains). Une grande majorité de variétés produit des fruits emplis de graines les rendant impropres à la consommation. Seules, quelques espèces proposent des fruits à la pulpe nourrissante, dépourvus de graines.

Ni arbre, ni cocotier…

Devant le haut tronc surmonté d’un feuillage majestueux et d’un imposant régime de fruits terminé par une fleur pourpre, tout porte à croire que l’on se trouve face à un arbre. Et pourtant, le bananier appartient à la famille des herbacées. Il s’agit d’ailleurs de l’une des plus grandes herbes au monde puisqu’elle peut atteindre quinze mètres de hauteur. Les variétés cultivées aux Antilles ne dépassent pas six à sept mètres.

bananeraie antillaise
Crédits : Banane de Guadeloupe & Martinique

Un tronc sans bois

Adapté aux climats chauds et humides, le bananier est constitué à 80 % d’eau. Ses tiges souterraines, peu profondes et courtes, résistent mal aux cyclones et tempêtes tropicales Elles forment un bulbe donnant naissance à une série de feuilles et de fibres. En s’enroulant les unes autour des autres, les feuilles constituent le « pseudo-tronc » qui ressemble au tronc des arbres mais n’est pas composé de bois. C’est sur cette partie que s’épanouit ensuite le feuillage luxuriant si caractéristique. Le bananier atteint sa taille adulte après la pousse de vingt à trente feuilles pour les variétés les plus cultivées. Cela arrive vers le sixième ou septième mois.

Le régime de bananes… toute une histoire !

De son sommet émerge alors une tige qui grandit puis se courbe vers le sol. À son extrémité, apparaît un bourgeon mâle, la popote, qui pend désormais à la verticale. Après l’apparition de la popote, des rangées de fleurs femelles grandissent sur la tige. Elles sont protégées par des feuilles violacées appelées « bractées ». Les bractées se soulèvent les unes après les autres, se replient puis tombent à mesure que les fleurs femelles poussent. Ces dernières sont les futures bananes. Elles se transforment en fruits, ou « doigts », qui se redressent vers le ciel en quête de lumière. Elles s’allongent, s’épaississent pour former un « régime » pouvant peser jusqu’à quarante kilos. Celui-ci est composé de plusieurs groupes de fruits appelés « mains » ou « pattes ». Deux à trois mois d’attente sont nécessaires avant la récolte des bananes. À ce stade, la banane arbore une belle coloration verte. Elle s’apparente d’ailleurs à la pomme de terre puisqu’elle se compose essentiellement d’amidon et présente la même dureté.

Régime de jeunes bananes avec popote à son extrémité
Crédits : Fonds d’archives Banane de Guadeloupe & Martinique

Comme la pomme ou le kiwi, elle provoque son mûrissement en produisant de l’éthylène. On dit qu’il s’agit d’un fruit climactérique. L’amidon contenu dans le fruit se transforme peu à peu en sucre. Cette action va dégager naturellement de la chaleur. Plus l’amidon se transforme, plus la banane produit du gaz. Les tissus s’amollissent, la chlorophylle de la peau disparaît. La banane devient jaune et prête à être consommée.

Lorsque le régime est récolté ou s’abîme par voie naturelle, le pied du bananier meurt. Mais auparavant, il a émis dans le sol des rejets qui assurent le renouvellement de la plante. Le cycle de vie d’un bananier est de l’ordre d’une année environ.

1 thought on “À la découverte d’une herbe géante”

  1. VOTRE BLOG EST SUPER JE VIS EN METROPOLE MAIS MON AMOUREUX VIT EN GWADA ET TOUT CE QUI TOUCHE CE MAGNIFIQUE DEPARTEMENT D’OUTRE MER M’INTERESSE QUE CESOIT L’HISTOIRE ,LA MUSIQUE ET BIEN SUR L’ENVIRONNEMENT SI FRAGILE QUI EST MIS EN VALEUR PAR LES AGRICULTEURS.MERCI ET A BIENTOT;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.